Dañs Excellañs

Dañs Excellañs est un spectacle de près de 4h qui se déroule en juin à Quimper dans le cadre du festival de Cornouaille. Il s'agit d'une épreuve où tous les ensembles musique et danse de la catégorie "Excellence" de Kendalc'h sont notés par un jury sur leur prestation scénique selon cinq critères : musique/chant, costumes, danses traditionnelles, danseurs, chorégraphie/mise en scène.
Depuis 2011, les groupes sont présentés sur scène par des clips :

Les groupes de l'édition 2014

Clips de lancement de spectacle réalisés par Pierre Laurent et Simon Margueritte, étudiants à l'ESRA Rennes.

 

Eskell an Elorn

Landerneau

 

 

 

 

Kevrenn Alre

Auray

 

Eostiged
ar Stangala

Kerfeunteun-Quimper

   

Kañfarded
Sant Evarzeg

Saint Evarzec

   

Brug ar Menez

Spézet

 

 

 

Krollerion Mourieg

Moréac

   

Mibien
ar Mor

Poissy

   

Breizh Nevez

Mûr-de-Bretagne

   

 

Kroaz-Hent
Gwengamp

Guingamp

 

Les groupes de l'édition 2013

Clips de lancement de spectacle réalisés par Julien Guitet et Luc Venries, étudiants à l'ESRA Rennes.

Eostiged
ar Stangala

Kerfeunteun-Quimper

   

Kañfarded
Sant Evarzeg

Saint Evarzec

 

 

 

 

Kevrenn Alre

Auray

   

Brug ar Menez

Spézet

   

 

Kroaz-Hent
Gwengamp

Guingamp

Bleunioù Sivi

Plougastel

   

Breizh Nevez

Mûr-de-Bretagne

 

 

 

Krollerion Mourieg

Moréac

   

Mibien
ar Mor

Poissy

 

Les groupes de l'édition 2012

 

Eostiged
ar Stangala

Kerfeunteun-Quimper

   

Kañfarded
Sant Evarzeg

Saint Evarzec

 

 

 

 

Kevrenn Alre

Auray

   

Brug ar Menez

Spézet

   

 

Kroaz-Hent
Gwengamp

Guingamp

 

 

Les groupes de l'édition 2011

Kevrenn Alre

Auray

16.63/20

 

Kroaz Hent Gwengamp

Guingamp

16.11/20

 

Eostiged ar Stangala

Kerfeunteun-Quimper

17.79/20

 

Bleunioù Sivi

Plougastel

15.39/20

 

Mibien ar Mor

Poissy

16.02/20

 

Kañfarded Sant Evarzeg

Saint Evarzec

17.58/20

 

Brug ar Menez

Spézet

15.18/20

Gallo Dañs

Depey un coupe de jous, o n’arrétaet pas de m’aloser : ton jardrin é-t-y biao, ta plouze ben touzée… Et mè, comme un bobia, ma vla à débagouler oh vère, je sé net en avance!
Ah ça tombe vrai ben qu’o m’dit, j’allons pouvère aller à Qhimper dinmanche. Y’a Dañs. Ça t’apprendra à fère le farao que j’songis.
Et l’dinmanche arrivit… La pllée cheyaet hardi petit. Le temps d’aller ghetter la charrette j’té fien comme un linceul su la roche du doué et par-dessus l’marchié, j’pris eune sabotey à caose que je n’songe jamey à mette du gravillon dans la cassière qu’é juste devant l’taodion ouesse que j’met l’auto.
Le rouge me montit au collet. J’avancis à reqhulon pour sortir du taodion pi j’partis brutal pour me garer davant la porte de l’hôtè. Et la, tout comme, tu songes qu’i y a dé jous où fauré mieux resté baoger dans son lé.
J’marrétis  net dans la deuzième casse d’la rue, ielle qu’é dvant l’hus d’l’hôté. Ca étrachit tout, et surtout la bourjouèse qui clleuvaet la porte.
O n’dit ren. O s’assit dans la charrette , mit son sac su son jon et pouchit d’la goule dica Qhimper.
Comme diré l’aote, l’ambiance té pas au grand biao. Le temps non pus. ça cheyaet tellement qu’on vayaet des zieux d’bœufs su l’parkinge.
La couéffe avaet éprété des casse-croute o un bout d’lard, de l’oeu, des ronds de tomate, et des feuilles d’escarole du jardrin. Pour que ça sré moins sec à pllacher ol avaet mis eune mouétié de tube de mayonnaise. E des sandouiches amériqhains qu’o m’dit. Je songis qu’les amériqhains n’devint pas mette du pain de quate lives de cez Josè Alain not boulangié, mais j’n’osis pas en fère mention. Va-t’en pas mette de mayonnaise su té qhulottes. J’n’en mis pas. Juste un rond d’oeu qui ramenit les zieux nès et le bè en qhu d’poule.
Bon, é pas l’tout mey va ventiey fallère s’bouger l’dare si on veut avère eune pllace que j’li dit. Et nous v’la dehos à cllapoter dans l’iao. Ben maodit, j’tins pas tout sous! y avaet déjà pu fort de monde à attende que d’puces su la chienne à Zidore.
Et ça cheyaet tourjous! la querouée d’monde qu’étint là esseyint d’se brousser sous l’rabalet d’la couverture mey oua don, le vent lou enveyaet des paqhets d’iao su l’gueroin. Ieux qu’avint des parapluies tint pu heureux , mey pas ieux qui tint à côteu, ça lou gouttaet dans l’caeu. Pour eune fè j’avaes pas été trop lipao, j’avaes prin mon imperméabe. J’l’ons mis en travey, su nos têtes. Comme sous eune etnte. J’tins à tout-touche pour avère chao, sans bouger. Ol avaet mussé sa tête su mon épaone et je sentaes son sent-bon. J’tins benaise.
Et ça s’mit à avancer. J’creyi que des siens allint étoufer dans la faire-la, tant qu’i voulint tous passer les permiers. Et pas trop grâcieux o l’pove monde qui tint à eqhesser les billets. La salle taet plleine de monde. Fallu ermette des chèzes su les côtés. Je songe que les siens qui tint assis là devint avère mâ à lo caeu le lendmain.
La veprey passit net vite. Faut dire que les jieunes-là tint qheurus. Pi, enter les endrets ou you qui dansint i passint des ptits bouts d’cinéma. Des clipes qu’o disaet not vèsine. O caosé des danses à son bouhoumme tout hao pour ben amontré qu’o té siancée… Qhelle bat d’la goule! Pour èla, au moins, mè je sè chançou. Quand la bourjouèse ergarde, o cllos son pigot.
Tourjou fut-y que je n’bobis pas de la veprey. Quans j’sortitent, la plley ne cheyaet plus. J’montites dans l’auto et qu’ça rouette! La bourjouèse caosit tout du long de la route. Ça délasse le poste!
Rendus chez nous, j’passis cor dans la casse de d’vant l’ôtè. Ça n’manquit pas : l’iao étrachit tout l’bas de l’hus.
Faura quand même mette des roches qu’o m’dit en rigolant. Songe un ptit si y’araet qhocun dvant!
 

Robert Raulo