Kevrenn Alre

Auray

Morbihan

Catégorie Excellence

 

 

kevrenn-alre-danse-breizh-groupe

Historique

Créée en 1951 par une poignée de cheminots de la gare d'Auray, la Kevrenn Alré est l'un des plus anciens et plus prestigieux ensemble de musique et danse d'inspiration traditionnelle. C'est lors de la venue à Auray en 1950 de l'un des plus anciens bagadoù de Bretagne, la Kevrenn Paotred an Hent Houarn – le Bagad de Carhaix -, que quelques ouvriers du dépôt de la gare d'Auray décident à leur tour de fonder un ensemble avec les cheminots du pays qu'ils appelleront naturellement la Kevrenn Alré. Le bagad de la Kevrenn Alré gravira peu à peu les échelons pour atteindre la 1ère catégorie de la fédération Bodadeg Ar Sonerion en 1977, catégorie qu'il ne quittera plus, et son premier titre de champion de Bretagne en 1979.

Le bagad parcourt le monde et est remarqué par la Confédération musicale de France et par l'Alliance Française à Varsovie en 1982. Elle se voit alors proposer, dans le cadre du Festival international des cinq nations à Dublin, la création d'un spectacle musique et danse. La Kevrenn décide alors de s'associer à un groupe d'une douzaine de danseurs issus des communes de Theix, Carnac et Sérent sous la direction d'André Arhuero. Cet ensemble musique et danse devenu indissociable contribuera à son rayonnement en Bretagne et l'international. Huit fois champion des bagadoù, la Kevrenn Alré deviendra aussi dix fois championne de la confédération Kendalc'h.

Composée aujourd'hui d'un bagad, d'un ensemble de danse, d'un bagadig (bagad école) et d'un cercle enfant, à 60 ans passés, la Kevrenn Alré continue aujourd'hui de remplir pleinement ses objectifs décrits lors de sa création : « La Kevrenn Alré […] entend œuvrer pour la renaissance du folklore breton, la défense de la langue bretonne et le maintien du caractère particulier des bretons. La société entend également aider ses adhérents à parfaire leur formation culturelle, intellectuelle, morale, sociale, et être une école de fierté bretonne ».

 

Costumes

Terroir:  Pays d’Auray

Epoques:  Autour de 1910 (pour la partie scénique et la saison) - Dernière mode de costume (après 1945) (pour Tradideiz)

Caractéristiques des costumes masculins

Costume de cérémonie du Pays d’Auray vers 1910 caractérisé par un gilet de tissu damassé et une veste à parements de velours dont le col monte très haut sur le cou. Chapeau à guides de velours et pantalon à pont en lainage complètent la tenue.

Et / ou (en défilé principalement) :

  • Adaptation à la scène d’un costume de meunier du Pays d’Auray de la seconde moitié du 19ème siècle constitué d’un gilet de laine tissée de couleur claire à double boutonnage et d’un bragou de mélange coton et lin blanc, complétés d’une ceinture de flanelle et de guêtres sombres.
  • Peut être également porté un costume de tous les jours du début du 20ème siècle dont l’élément caractéristique est la blouse.
Caractéristiques des costumes féminins
  • Costume de grande cérémonie du Pays d’Auray vers 1900-1910 dans ses modes à châles (citadines et femmes de la côte) ou à col.

Ce costume est caractérisé par une robe en lainage noir à parements de velours au bas de la jupe, sur les manches et dans le dos (pour la mode dite « à col »). La pièce maîtresse du costume est le tablier, à grand ou petit devantier selon la mode portée. Il peut être, sur cette période, en soierie damassée noire ou de couleur ou encore en satin ou velours brodé ,en série chez les soyeux Lyonnais, de multiples petits bouquets. La coiffe en tulle, qui peut être brodée ou garnie de dentelle, couvre le haut de l’oreille et forme trois plis au dessus du front. Pour les femmes portant la mode à châle, la gorge et le haut du dos sont couverts par une guimpe et le buste est habillé d’un châle en tulle noir. Dans une version plus simple, les tabliers sont en cotonnade à motif et les manchettes de dentelles, pour faciliter les travaux du quotidien, sont remplacés par des manchons en en tissu plus rustique.

  • Dernière évolution du costume du Pays d’Auray.

La coiffe a considérablement rétréci et, de plus en plus brodée et a pris sa dernière forme, presque horizontale sur la tête et légèrement cassée en son milieu. La robe est presque entièrement en velours et le col a pris de l'ampleur dans le dos, la broderie sur tulle évoluant vers de grosses fleurs reliées par de nombreuses araignées. Les tabliers suivent la mode avec des matières (crêpe, velours frappé ou orné de broderies découpées) et des ornements (perles, peinture…) plus diversifiés. 

Spectacle de l'année

2013 : Eion

Il y a eau de vie. Et eau de vie. La première, on l’a débusquée l’autre jour dans le placard de mémé. Personne n’avait encore osé y toucher. C’est que d’ordinaire, on n’a pas besoin de ça pour ressourcer les langues. Mais cette fois-là, il avait fallu irriguer les eaux vives des mémoires taries pour préciser la seconde. Entre nous, il y avait discorde. La dernière des lavandières, à Auray, c’était bien la veuve du dernier des sourciers ? On a approché nos verres Duralex de la bouteille. Mémé s’est appuyée sur la table pour se lever et nous servir. Ce jour-là, elle souffrait d’une crise de goutte qu’elle soignait en cure de radis noir. Un petit coup de fort pouvait pas lui faire plus de mal. En communion, les lèvres à peine trempées, on se souvint alors. On se souvint de l’eau des vies de nos grands aînés. Bateliers. Forgerons. Au four et au moulin. Au lavoir et dans la tourbe. A la fontaine et au lavoir…

Ge’ rid en deur...

Points forts du groupe

  • Puissance et émotion : avec 35 danseurs et 40 musiciens, la Kevrenn Alré est un ensemble puissant visuellement, techniquement et musicalement mais qui sait également user de variations subtiles et légères permettant ainsi de susciter chez son public, une vive émotion.
  • Tradition et modernité : depuis de nombreuses années, la Kevrenn Alré cherche à respecter la tradition bretonne en y apportant sa touche de modernité dans ses suites de danse et de musique. Elle entreprend notamment un énorme travail de collectage aussi bien des us et coutumes, des airs musicaux, des danses que des costumes. Un travail qui se réflète chaque année dans les suites présentées.
  • Qualité et partage : Les distinctions remportées au cours des différents festivals et concours depuis sa création, font de la Kevrenn Alré, un des ensembles les prestigieux de Bretagne. Constituée uniquement de passionnés de musique et danse traditionnelle, soucieux de voir perdurer cette culture, la Kevrenn Alré reste un ensemble proche de son public qui souhaite avant tout partager cet amour de la tradition bretonne lors des défilés et à la fin de ses prestations scéniques en invitant le public à danser à son tour au son du Bagad.

 

Palmarès

Ensemble musique et danse dix fois Champion de Bretagne de la confédération Kendalc'h   

  •  Vice-champion de danse en 2007 et 2010
  •  3ème du championnat de danse en 2008, 2009 et 2011
  • 2ème du championnat de danse traditionnelle en 2011
  • 1er du championnat de danse traditionnelle en 2012
  • 2ème de l'épreuve de danse « terroir » en 2011   


Bagad huit fois champion de Bretagne de la fédération Bodadeg Ar Sonerion       

  •  Champion des bagadoù en 2005 et 2006
  •  Vice-champion en 2008 et 2009
  •  3ème au championnat des bagadoù en 2011et 2012

       
Champion 2009 et 2010 du Trophée Bagadañs (trophée remis lors du Festival Bagadañs à Carhaix et récompensant le meilleur ensemble Bagad-Cercle)

Vainqueur du trophée Gradlon 2009 (trophée remis lors du festival Le Cornouaille à Quimper et récompensant le meilleur ensemble de danse)

Election de la Reine d'Arvor lors des fêtes d’Arvor à Vannes:   

  • Reine d'Arvor 2006
  • ème dauphine de la reine d'Arvor 2008
  • 2ème dauphine de la reine d'Arvor 2010
  • 1ère dauphine de la reine d'Arvor 2011 et 2012