Présentation du groupe

Le travail de recherche et de collectage effectué par le groupe depuis sa création lui permet d’être garant du patrimoine de son terroir. Les membres du cercle ont à cœur de transmettre ce savoir via l’animation de stages, en particulier lors du Concours Rouzig, qui se tient au mois de mai, dont ils sont co-organisateurs. Le groupe s’efforce de présenter une variété de modes de costumes des différentes paroisses du Pays Rouzig. Les costumes féminins des années 1910 sont très particuliers puisque les danseuses sont les seules en Bretagne à arborer des plumes sur leurs vêtements. Le spectacle de danses variées, vivant, conciliant traditions, modernité et humour est accompagné par un groupe de musiciens et chanteuses. Les thématiques sont généralement issues du patrimoine local. Les spectacles du cercle châteaulinois sont effectivement créés à partir de tableaux  basés sur des faits historiques ou des particularités de la région (« Châteaulin carrefour », « Jos Le Doaré »... « la plume », « le miroir »). Voilà ce que vous offre le groupe Alc’houederien Kastellin. Le groupe peut s’associer avec le bagad de Plomodiern pour les transports en car.

Créé en 1946 le cercle celtique Alc’houederien Kastellin ( les alouettes de Châteaulin ) a repris en 1986 après une pause de 10 ans. Après la guerre l’alouette, s’envolant vers le soleil et symbolisant un signe d’espoir, a été choisie par les membres du groupe. 

Depuis tous ensemble et de toutes les générations nous nous efforçons de mettre en valeur et de vivre intensément la culture de notre terroir et de notre région. 

Alc'houederien Kastellin

Châteaulin

Rouzig (29)

Alc'houederien Kastellin - Châteaulin

 

Spectacle 2018

Mein Glaz

Dès le XVIe, l’industrie de l’ardoise était florissante à Châteaulin, dans tout le bassin de l’Aulne et jusqu’aux confins de la Cornouaille. Voulant se perfectionner, les exploitants des ardoisières firent venir des Ardennes, des professionnels pour améliorer les techniques de travail. C’est cette vie de rude labeur, fait de gestes répétitifs, que nous allons évoquer, ce quotidien où les moments de rassemblements collectifs permettent d’oublier les dangers.

 

2018 - Alc'houederien Kastellin - Châteaulin

 

Costumes 

Les vêtements présentés par les danserus et danseuses sont ceux du pays Rouzig ("petit roux"), regroupant toutes les communes de la Basse vallée de L’Aulne, de Daoulas jusqu’au Cloître Pleyben et d’Argol jusqu’à Lennon. 
Généralement, les danseurs portent des habits de paysans des années 1900-1910, années d’apothéose des costumes tant dans leur spécificité que dans leur richesse. Pour Tradi'deiz, les danseurs portent un costume plus court et qui a perdu ses plumes mais avec des tabliers brodés et perlés pour les femmes, datant de 1930.

Caractéristique des costumes masculins 

Ils sont caractérisés par un gilet échancré, bordé de velours plissé en éventail et porté sous une veste, « chupenn »,  largement ouverte, entièrement noire en tissu dit « grain de poudre », dont les basques se terminent par des sortes de soufflets : les « kornoù ». Ceux-ci sont ornés de boutons de jais ouvragés dont le nombre est proportionnel à la richesse de l’homme. Ces deux vêtements sont portés sur une chemise blanche sans col et à plastron. Un large turban bleu fait plusieurs fois le tour de la taille par-dessus la base du gilet. Un chapeau de feutre noir, aux bords relevés sur les côtés, et dont les guides pendent à l’arrière, termine la tenue.

Caractéristique des costumes féminins 

Ils sont caractérisés par une tenue relativement sobre et élégante.

La camisole en mérinos noir possède de larges manches ornées de velours noir dont la partie supérieure est agrémentée de bandes perlées, chez les plus riches. La jupe est aussi en mérinos bordée de velours. Un croisé, pièce de tissu carrée, recouvre l’échancrure de la camisole : habituellement, il est en velours noir mais lors des cérémonies, il en satin clair pour les jeunes femmes, et plus foncé pour les femmes mariées. Il est alors orné de plumes, de fleurs, de perles.

L’encolure de la camisole est  ornée d’un col en tulle à mailles carrées, bordé de dentelle. Un tablier à bavette complète ce costume. Pour finir, la coiffe appelée « sparlenn », est posée sur les cheveux relevés et coiffés au moyen d’un ruban de laine noire tressée, la « rojerez ». En tulle à mailles carrées, cette coiffe est caractérisée par la forme en « toit de maison » encadrant le visage ; cette forme est créée par une paille glissée dans le pli des ailes,  les « troñsoù ». De même après avoir été relevées sur le dessus de la tête, les ailes sont maintenues par deux pailles, qui les gardent bien rectilignes.

Les modes des années 1920 ou 1930 peuvent être également présentées lors de fêtes, les danseuses portent alors un costume avec des tabliers brodés et perlés, Les messieurs portent soit le costume traditionnel avec une veste civile, soit un costume entièrement civil.