Présentation du groupe 

Après avoir été champion de la première catégorie (2015), de la catégorie Excellañs (2016) et vice-champion de Bretagne (2017), ce jeune groupe créé en 2011 est devenu Champion de Bretagne en 2018 ! En constante ébullition, les danseurs et musiciens de Strollad an tour-Iliz ont à coeur d’explorer des pistes nouvelles, de désenclaver les idées reçues et de chercher des alternatives à une certaine uniformité. Un choix assumé : celui de croiser la danse et la musique traditionnelle à d’autres esthétiques contemporaines simplement parce qu’elle est portée aujourd’hui par des gens d’aujourd’hui. Les spectacles de Strollad sont créatifs, audacieux et ne cessent de surprendre. Les pieds bien enracinés dans la tradition, la tête dans les nuages, ils regardent vers l’avenir.

 

Strollad an Tour-Iliz

La Turballe

Pays Guerandais (44)

Strollad an Tour-Iliz - Trescalan-La Turballe

 

Spectacle 2018

La place du milieu du bout de la rue

Une place… juste une place. Cette place pour se retrouver, pour danser, pour passer, pour se donner rendez-vous. Sur la place, tout s’y passe… rien ne s’y passe. Cette place, le jour, la nuit … l’attente, l’euphorie… Bref, une place… juste une place… La place du milieu du bout de la rue !

 

2018 - Strollad an Tour-Iliz - Trescalan-La Turballe

 

Costumes

Pays paludier - 1830-1850 pour le costume de grand dimanche ; 1900-1910 pour les costumes de travail

Costumes traditionnels - Costumes reconstitués

La Turballe (Trescalan)

Pour les femmes

Le costume de grand dimanche se distingue par ses coloris vifs, déroutants au premier regard, ça change du noir ! Le pignon de la coiffe est ressorti (le petit bout en haut à l’arrière qui forme une pointe).

Le costume de travail : pieds nus ou espadrilles, jupes relevées pour permettre le travail dans les marais salants. Les femmes portent des mouchoirs de tête, parfois ne laissant visibles que les yeux, pour se protéger du soleil.

Pour les hommes

Le costume de grand dimanche des hommes est remarquable pour ces chaussures en daim jaune, uniques en Bretagne, spécifiques à la presqu’île guérandaise. Le chapeau noir, selon la façon dont il est porté, indique la situation matrimoniale de son propriétaire. A l’inverse, le chapeau de paille du costume de travail n’a pas de signification. Les pantalons de travail sont de type « bleu de travail » déjà courant à l’époque.

Les paludiers sont bien évidemment les cueilleurs de sel des marais salants, sur le secteur de la presqu’île guérandaise. Les hommes se chargeaient bien souvent de la cueillette du sel, en formant des mulons (ou tas de sel), pendant que les femmes s’occupaient du transport du sel dans des « gèdes » (des bassines en bois) qu’elles portaient sur la tête.

L’année dernière, Strollad an Tour-Iliz a complété le costume de cérémonie en confectionnant de nouveaux tabliers pour les danseuses, ainsi que des chapeaux paludiers et des capes à l’espagnole portés par les hommes.