Présentation du groupe

Le groupe a été fondé en 1967 à Poissy, à l’ouest de l’Ile-de-France où de très nombreux bretons sont venus travailler au début du XXème siècle. Dignes ambassadeurs de la presqu’île de Rhuys et du golfe du Morbihan, le groupe a choisi comme nom Mibien ar mor en dialecte vannetais, «les fils de la mer». Le groupe porte donc le costume de la presqu’île de Rhuys, dans ses variantes de travail et de fêtes. Les points forts du groupe : son dynamisme, sa jeunesse motivée qui évolue et voyage toujours avec bonne humeur, rigueur et convivialité. Il aime faire de beaux spectacles mêlant tradition et modernité. Son excellent groupe musical (orchestre, sonneurs en couple, chanteuses, duo accordéon-bombarde) peut également animer votre fest-noz. 

Mibien ar mor

Poissy

Ile-de-France 

Mibien ar Mor - Poissy

 

Spectacle 2018

Lusk ar mor (Le mouvement de la mer)

La Bretagne, un pays ou l'océan cerne les terres. Aujourd'hui, nous faisons un clin d’œil aux habitants des côtes de Bretagne, dont la mer rythme leur vie. L'océan est source d’inspiration, de rêves et de mythes. Entrez dans ces scènes laissant libre place à notre poésie.
 

Costume porté lors du spectacle

Costumes de travail, des paysans, des marins, de la Presqu’île de Rhuys.

 

 

 

2018 - Mibien ar Mor - Poissy

Costumes

Ce sont des costumes reconstitués du pays vannetais, certaines pièces sont cependant authentiques. Traditionnellement ils étaient portés dans la Presqu'île de Rhuys et les îles du golfe du Morbihan.

1900-1940, pour les costumes de fêtes. Les costumes de tous les jours ont été portés beaucoup plus tardivement. 

Caractéristiques des costumes masculins

Une veste courte en drap noir avec revers et col haut de velours rigide. Sous la veste un gilet ouvert en pointe brodé ou non de motifs à fleurs. Pour compléter la tenue, un chapeau à guides de velours doublés de lacets à petits pompons

Caractéristiques des costumes féminins

Le costume de la Presqu’île de Rhuys et des îles du Golfe, est d’une élégance rare. Dans ce pays de paysans, de marins, de capitaines, d’armateurs et de navigateurs, la garde-robe d’autrefois révélaient certes le bon goût, mais aussi les possibilités financières de ces « Patriciennes de la mer » (velours, dentelles). Ainsi, les accessoires sont souvent des pièces luxueuses, qui pouvaient valoir, à leur époque le prix d’un cheval.
La coiffe est posée sur un bonnet décoré de motifs floraux ou géométriques, lui-même mis en valeur par un bourrelet de velours noir posé sur la chevelure. La coiffe est en gaze de coton presque transparente. La robe de drap et velours s’orne pour les grandes occasions, d’un châle court et d’un tablier à petite piécette de toute beauté.
Le costume de tous les jours porté dans le groupe par les jeunes filles est fait de matériaux plus ordinaires et se porte avec le bonnet sans la coiffe qui est remplacée par un foulard blanc qui protégeait à la fois du soleil et de la poussière.