Présentation du groupe

Fondé en 1932, le Cercle Celtique de Rennes demeure animé par la volonté de créer pour contribuer à l’écriture de l’expression bretonne de demain. Nourri par une tradition bretonne vivante, source d’inspiration, et une diversité culturelle liée à la population du bassin rennais, le Cercle de Rennes se veut être un acteur au service du bien-être et du bien-vivre dans le pays de Rennes. Ouverts aux enfants comme aux adultes, la Ferme de la Harpe, siège du Cercle Celtique est un lieu de rencontres, d’échanges et de vie autour de la Culture Bretonne. Les propositions du Cercle de Rennes sont nombreuses et variées. Nous pouvons vous présenter nos spectacles mais aussi animer une balade chantée-contée, animer des ateliers d’initiation à la danse, à la broderie, aux jeux traditionnels... Nous pouvons être votre partenaire pour offrir une belle journée à votre public. A votre demande, le Cercle de Rennes pourra être accompagné par le Bagad Roazhon.

 

Cercle celtique de Rennes

Rennes

Pays de Rennes (35)

 

Cercle celtique de Rennes

 

Spectacle 2018

L’idée est de filer la métaphore du miroir en lieu et place de l’écran du téléphone. Au tout début, objet de rassurance puis de contemplation, il provoque les effets de cour. De la cour à la communauté, il n’y a qu’un pas. Et puis progressivement la peur s’en mêle ; celle d’être exclu d’un groupe d’entités froides. Il va falloir retrouver l’autre en regagnant les bras par la danse.

 

2018 - Cercle celtique de Rennes

 

Costumes

Le costume féminin est un costume porté par les jeunes filles de Rennes et des communes alentours au tournant du 19éme au 20eme siècle et jusqu’à la première guerre mondiale. On le surnomme actuellement costume 1920. Le costume masculin était porté plutôt dans les années 1920 et jusque largement après la 1ere guerre mondiale.

Costumes féminins

Le costume de la femme est noté d’artisane. On comprend que celles qui le portaient étaient plutôt liées à la couture ou au service des maisons. Le costume féminin est porté par les jeunes filles dans toute la Haute Bretagne et plus spécifiquement dans les différents terroirs rennais. On retrouve ces costumes les dimanches et jours de fête ordinaire dans les gros bourgs. Il est noté d’artisane ; Sur le buste, la jeune femme porte un caraco extrêmement ajusté et baleiné, à basques. Elégantes, les jeunes cousettes y ont intégré les éléments à la mode tels que les manches-gigot. La jupe reprend une coupe traditionnelle, très ample. Elle est montée sur plis plats et godrons, toujours en laine (anciennement berlingue). Le pli religieuse est devenu décoratif. Il a été retenu un tablier blanc en popeline beau coton qui est encore d’usage récent dans les campagnes. Il est sobrement agrémenté. Ce qui fait la spécificité est la coiffe : elle a pour nom catiole. Portée à son évolution maximum, cette coiffe  du bassin rennais est la plus petite de Bretagne.

Costumes masculins

Le costume de l’homme était à la fois porté par les hommes travaillant au contact de la terre, les paysans mais aussi les charretiers et tout un nombre de corporation de bourgs voire de villes. Le costume masculin n’est porté que pour le travail. Le pantalon est en velours. Il se porte haut et est maintenu par des bretelles à boutons. Pour les travaux de force, on apprécie d’avoir une épaisse ceinture de flanelle bien serrée à la taille. Sur le corps, le paysan s’habille d’une ample chemise. La toile est de qualité en général de métis (lin plus fin que le gros lin ou le chanvre). La confection de la chemise est relativement sophistiquée (souvent à plis, col en batiste, empiècements à fronces carrées amovibles). Il faut toujours un beau mouchoir de cou de Cholet : il arrête la sueur. Un homme n’apparait pas tête nue. Il se couvre d’une casquette de lainage (genre tweed), à visière et 6 ou 8 côtés. Aux pieds, nous avons choisi la robuste chaussure de cuir (richelieu).